Blog de littérature

25 mars 14

Cela faisait longtemps que l'idée traînait. Elle a fini par aboutir.Marre de cet hébergeur long, lent, inutilement lourd et complexe. C'est pourquoi j'ai choisi de migrer.Vous pourrez désormais me retrouver sur mon nouveau blog:   http://propensions.net A très bientôt, et merci pour tout !
Posté par arnheim à 07:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janv. 14

Monologues

Ca va le faire.Et pourquoi ? tu t'es déjà planté il y a cinq ans, y a pas de raison que ça marche maintenant.Oui, je sais, mais bon, la donne est différente cinq ans plus tard.On s'en fout, mais ouais, on s'en branle...Non on s'en branle pas, t'imagine ! T'imagine quoi ?Ben papa et agrégé, sur une année, ça le ferait, non ?Non, en fait c'est surtout pour les thunes...Et le prestige aussi, personne le dit mais tout le monde le sait. Agrégé c'est la classe.La classe de quoi ? Tes élèves seront les mêmes, hein.En attendant c'est super... [Lire la suite]
21 janv. 14

Aujourd'hui j'ai croisé...

Une connaissance jaune et noire qui trouvait beau ce que j'ai écrit, Un cygne blanc piquant une tête dans un lac gris, Une coureuse grise qui faisait la tête autour du même lac, Et un modéliste qui la levait vers son avion.Une classe de filles dans les vestiaires d'un gymnase,Une prof trop maquillée qui ira "pour rien" au concours,Un vingtenaire menotté encadré camionné,Et deux collégiennes planquées dans un photomaton.Un élève qui fait glisser les pingouins,Une fleuriste qui a passé "une très sale matinée",Des tulipes cuivrées dans... [Lire la suite]
Posté par arnheim à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
19 janv. 14

Bienvenue mon fils

Bienvenue mon Fils,C'est un grand honneur que de pouvoir t'écrire ainsi par-delà le temps et l'espace. Il a fallu vaincre beaucoup de résistances pour oser m'affranchir de ces règles ridicules qui régissent le monde des Fossoyeurs, les poussant à sourire d'un air condescendant en comprenant que je ne m'adresse qu'à un fœtus à peine viable. Comme si tu pouvais lire ces lignes ! Comme si tu savais lire ! Peu importe, nous savons toi et moi que tu le peux, que tu m'entends. La communication est un phénomène inaltérable. ... [Lire la suite]
11 janv. 14

Bulles

Mine de rien, j'habite loin de Paris. Moins qu'auparavant certes, mais quand même. Au (très) bas mot, 40 minutes de voiture, ou 30 minutes de moto.Mais je tenais à être là: la naissance de Petit Prince approchant, les occasions de sortir le soir vont se raréfier, et je tenais à voir mon pote faire son concert. C'est pourquoi j'ai pris mon appareil et la voiture pour rejoindre mes copains à Bastille.Ils n'y étaient pas. Pris par l'habitude, je les avais rejoints à l'endroit où on se réunit habituellement, sans faire attention... [Lire la suite]
04 janv. 14

Tête-à-têtes

La vie fait bien les choses. Presque une semaine d'insomnie pour moi, et de douleurs pour mon amie, qui nous ont conduits aujourd'hui dans les couloirs quasi-déserts de la maternité pour finir entre les mains d'une sage-femme préparant son DU d'échographie. Du coup elle s'est servie de nous (enfin, de nous...) pour s'entraîner. Presque vingt minutes hors du temps où on a pu voir notre petit bonhomme sous toutes les coutures. Le cervelet, le cœur qui bat (angoissante machinerie), les petits doigts, les pieds, le visage, la bouche... [Lire la suite]

01 janv. 14

Le théorème de l'anguille

Plus de trois mois après je remets le pied à l'étrier. 2013 n'aura pas été une année très prolixe pour ce blog. Un peu plus d'une trentaine de billets seulement, ça en fait environ un toutes les deux semaines pour une année bien étrange. Mais toutes les années, puisqu'on borne le temps comme ça, sont étranges, chacune à sa façon. Je suis entré paisiblement, dans le décor chamarré de Chamarande entouré de quelques amis ayant eu le courage de braver les âffres du RER C, dans ma trente-deuxième année. J'ai un peu voyagé: Grèce et... [Lire la suite]
21 sept. 13

Monologue face à une dalle

Au moins là nous avons le temps de parler. Largement le temps, même, une éternité. Surtout toi. Nous ne pouvions pas avant, ce n'était pas possible. Le jardin qui avait besoin d'être tondu, ou les volets à repeindre, ou le boulot. J'avais du travail aussi, et mes gosses qui poussent, demandant de l'attention et du temps. De l'amour aussi, plein d'amour que j'essaie toujours de leur donner du mieux que je peux en dépit de toutes mes maladresses, de toutes les fêlures qui lézardent le sourire doux et plein de tendresse que je leur... [Lire la suite]
Posté par arnheim à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
18 sept. 13

Les mauvais livres

J'en ai fini un hier soir, de mauvais livre. Il ne m'aura pas fallu longtemps pour le mettre en pièces, deux soirées tout au plus. Il était mièvre, il était mal écrit, les personnages se déroulaient selon une psychologie que l'on pouvait prévoir dix pages à l'avance, la fin était prévisible même pour un gros lourd comme moi... En le refermant m'est venue cette phrase de Barnes qui dit, en gros, que c'est dans les mauvais livres qu'on trouve les bonnes consignes d'écriture. Pour la première fois je mesure la profondeur de cette idée.... [Lire la suite]
Posté par arnheim à 08:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 août 13

Début Août

Chaud.Il fait chaud ici, c'est horrible, une sensation d'être pressés comme des éponges d'eau salée. Le jour à peine levé, le soleil impose son bourdonnement, nous réduit au rang d'esclave, transformant en bouillie nos jolis projets bucoliques.Donc nous sortons le soir, sans envie de parler, voir les gens les amis qu'on a pas vus depuis longtemps; et un temps d'adaptation est nécessaire pour que les antennes se recollent, pour retrouver les liens communs et les discussions d'antan.Les endroits sont les mêmes, auréolés par cette odeur... [Lire la suite]
Posté par arnheim à 17:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,